Les pollinisateurs en danger : agissons!


© Pixabay

Malheureusement, un apiculteur de St-Stanislas a été confronté directement par cette problématique lorsque plus de 600 de ses ruches ont été foudroyées dans l’espace de quelques heures. Le suspect numéro un? L’épandage de pesticides en plein jour, au même moment où les abeilles sont au pic de leur activité. Pour en lire plus à ce sujet, cliquez ici.


© Ambioterra

Tristement, cette réalité n’est pas limitée à la petite bourgade de Saint-Stanislas-de-Kostka En effet, un des plus grands ennemis des pollinisateurs en agriculture est l’utilisation massive de pesticides, notamment les néonicotinoïdes. Massivement utilisés depuis les années 80 et introduits au Canada au cours des années 90, les néonicotinoïdes posaient l’avantage d’être particulièrement toxiques pour les insectes. Or, cette toxicité ne se limite pas qu’aux insectes ravageurs, elle affecte directement le système nerveux des pollinisateurs. Des recommandations sont données par les manufacturiers pour éviter d’empoisonner un milieu, mais elles ne tiennent pas compte des conséquences d’une exposition chronique ni des synergies néfastes qui surviennent lorsque ces produits sont utilisés conjointement avec d’autres pesticides.

S’ajoute aux problèmes engendrés par les pesticides la réduction dramatique des habitats naturels des pollinisateurs, au profit des grandes monocultures. N’ayant plus accès à une diversité végétale suffisante, la diète nutritionnelle de ces petits alliés est directement compromise. Le cocktail pesticides/monocultures en est donc un des plus dangereux pour les pollinisateurs, mais également pour l’économie, car il est estimé que les bénéfices économiques découlant du travail naturel des pollinisateurs s’élèveraient à plus d’un milliard de dollars par année au Canada! Pour en savoir plus au sujet des pollinisateurs, cliquez ici. Il va sans dire qu’il est primordial de modifier nos pratiques agroalimentaires, à petite comme à grande échelle, tant pour la santé des pollinisateurs que pour la sauvegarde de l’autonomie alimentaire du Québec.

Pour ces raisons, nous croyons qu’il est nécessaire d’élever nos voix pour forcer des changements au sein de cette industrie, notamment en forçant les compagnies dans la production chimique à retirer du marché leurs produits toxiques pour l’environnement, comme Dow Chemical qui souhaite appeler en justice l’interdiction de commercialisation pesant sur son produit néonicotinoïde, le sulfoxaflor. Nous vous invitons donc à signer la pétition suivante, afin de forcer Dow Chemical à retirer leur appel en justice!


© Pixabay

Finalement, sachez qu’Ambioterra cherche toujours à accompagner les agriculteurs de la Montérégie dans leurs efforts de transition vers des pratiques agricoles plus vertes. Ainsi, pour la prochaine année, nous accompagnerons l10 agriculteurs volontaires de l’année 2019-2020 dans la mise en œuvre de mesures agroenvironnementales de protection d’espèces aquatiques en péril, dont les travaux de restauration des bandes riveraines sur leurs propriétés. Ambioterra fera également une caractérisation de 6 nouvelles propriétés appartenant aux agriculteurs volontaires (caractérisation des milieux aquatiques, inventaire ichtyologique, évaluation des pratiques agricoles pouvant être améliorées pour l’habitat du poisson, etc.). À la suite de ces différentes évaluations, un cahier du propriétaire, l’équivalent d’un rapport environnemental de la propriété, sera remis à chaque propriétaire volontaire et ceux et celles le désirant recevront également des plans d’aménagements de haies brise-vent et/ou de bandes riveraines!

Vous cherchez des solutions pour aider les abeilles et autres pollinisateurs? Agriculteurs ou citoyens, cliquez ici pour en savoir plus. Ensemble, il est possible de prendre la voie d’une agriculture responsable et écologique!

Références :

Yanick Michaud. (2020). Un cocktail mortel pour des milliers d’abeilles. Journal Saint-François, section Environnement. Récupéré de https://www.journalsaint-francois.ca/un-cocktail-mortel-pour-des-milliers-d-abeilles/

Samson-Robert, O. (2014). Suivi d’abeilles domestiques et de pollinisateurs indigènes lors des semis de cultures traitées aux néonicotinoïdes (Mémoire de maîtrise). Université Laval. Récupéré de https://corpus.ulaval.ca/jspui/handle/20.500.11794/26492

Comments are closed.